Lady Mechanika, tome 2, Révélations.

Auteur, dessinateur : Joe Benitez, Steigerwald.

Editions : Glénat comics.
Dans un monde fait de magie et de science, une femme enquête sur son passé. Elle est l’unique survivante d’une terrible expérience qui l’a laissée avec deux bras mécaniques. N’ayant aucun souvenir de sa captivité ou de son existence passée, elle s’est construit une nouvelle vie d’aventurière et de détective privée. Elle use de ses capacités uniques pour agir là où les autorités en sont incapables. Mais la quête de son passé perdu ne s’arrête jamais. Les journaux l’ont appelée : « Lady Mechanika » !
Nouvelle pépite de Joe Benitez, Lady Mechanika raconte les chroniques d’une jeune héroïne forte mais tourmentée. Une véritable quête d’identité dans une Angleterre victorienne revisitée et très steampunk, où la magie et la superstition se confrontent aux découvertes scientifiques. Découvrez la fin de ce premier arc en deux tomes !

Mon avis :

La lecture du tome 1 m’avait enchantée, je me suis donc ruée sur la suite sans me poser de question. Dès la couverture, le plaisir des magnifiques illustrations est là. Les pages défilent et on replonge avec envie dans ce curieux et riche univers steampunk. Cet arc commence lors de la « Mechani-con », convention où les dernières nouveautés mécaniques vont s’affronter. On y découvre notamment l’impressionnant « Helio-Krak », un dirigeable futuriste, tenu par l’incontournable vilain de l’histoire. Lady Mechanika et ses acolytes sont toujours à la recherche de Séraphina, une jeune fille, elle aussi bio-modifiée, qui a été enlevée.

Les personnages secondaires, égaux à eux même, nous emportent un peu plus loin dans l’intrigue principale. Le lecteur avance dans l’enquête sur les sombres origines de la fameuse lady, grâce à l’intriguant Caïn, personnage flanqué d’un masque à gaz qui semble ne faire qu’un avec lui. Cette aventure sur fond de bal masqué dangereux (les costumes sont un vrai régal pour les yeux) fonctionne parfaitement et se dévore goulûment. La fin du chapitre cinq arrive à mettre en place le suspense avec l’attitude plus que suspecte d’un personnage en qui jusqu’ici le lecteur avait tout à fait confiance.

Mais cette avidité de lecture est bien vite freinée lorsqu’on arrive à la moitié avec plus rien à se mettre sous la dent ! En effet, c’est avec une grande déception et aussi pas mal d’agacement, qu’on découvre que la deuxième partie du tome est consacrée à des interviews, preview et cahier graphique (certes magnifiques) qui s’imposent à la place de la suite tant attendue. Je reste dubitative et déçue par ce choix éditorial qui prend le lecteur pour un simple porte-monnaie. Cette déconvenue me fait même envisager de ne pas acheter le tome suivant. Cette édition préjudiciable entache la qualité de la série qui est pourtant honorable quand on pense au scénario et à cette esthétique très travaillée. Dommage donc…

 

5/10

One thought on “Lady Mechanika, Tome 2”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :