The defenders.

2017

Douglas Petrie, Marco Ramirez.

Mon avis :

Série très attendue après le succès des quatre héros sur Netflix (même si pour moi Iron Fist a été une vraie déception), je me suis précipitée pour la visionner dès sa sortie. Nous y retrouvons donc Luke Cage, Jessica Jones, Matt Murdock et poing fluo, chacun de leur côté, essayant d’aller de l’avant. C’est un plaisir de renouer avec ces entités charismatiques ainsi que leurs acolytes. Luke Cage sort de prison et retrouve Claire. Dardevil reprend contact avec ses anciens partenaires et Jessica…fuit son quotidien. L’intrigue se met doucement en place. En effet, Iron Fist et sa ninja de copine comprennent que la main trame quelque chose à New-York. Ils décident alors de s’y rendre. On devine alors que nos justiciers vont enfin mettre une dérouillée aux grands vilains méchants, à l’abominable organisation des pas mignons : les cinq affreux de la Main.

Malgré un premier épisode un peu lent, les interactions s’enchaînent bien. On prend plaisir à découvrir les rouages et les règles d’organisation des vilains de la Main. Les choses se clarifient et lèvent le voile sur K’un-Lun. Un nouveau personnage de leader est introduit. : Alexandra, jouée par Sigourney Weaver.

Un petit événement rend la série irrésistible en elle-même. On peut enfin voir Luke Cage mettre une déculotté à cet insupportable blond au poing lumineux. D’ailleurs le personnage a été retravaillé et gagne en cohérence. Son manque de maturité va devenir un élément moteur du récit, ce qui redonne de l’intérêt au personnage. De même, son acolyte soulève une problématique (malheureusement pas assez approfondie) pertinente dans ce type d’univers. A savoir, quelle est la place accordée aux sans-pouvoirs dans cette lutte contre un mal démesuré. On comprend la frustration de Coline à être reléguée au second plan dans un combat qui est pourtant le sien.

La scène de rencontre des quatre héros au siège de la main est elle aussi jouissive. Les quatre personnalités marquées trouvent leur place et se mêlent assez bien. Cet échange leur permet de remettre en question leur méthode et leur manière de penser le combat. Par exemple, Luke Cage va accepter de passer sur un mode d’intervention moins pacifique que ce qu’il défend d’ordinaire. Jessica Jones de son côté accepte de s’impliquer pour une cause qui dépasse son environnement personnel.

Comme sur les autres séries de la franchise, les combats sont agréables à regarder et restent variés (avec notamment des affrontements entre les héros qui amènent une dose d’humour). Pour le reste on n’aimerait pas se retrouver face à la vieille Gao ou à l’increvable et agaçant Bakuto. On regrettera que certains détails soient négligés pour un show de cette ampleur. Le bras d’un personnage qui a perdu sa main se retrouve aussi long que l’autre…Un costume tchip pour le « black sky » (qui avait déjà le nom de famille originel d’une chips !) et une mise en scène de « renaissance » qui dénote par rapport au reste du ton de la série. Ces petits éléments m’ont sortie de l’histoire.

Au niveau du scénario en lui-même, malheureusement rien de surprenant ou de novateur. L’ensemble reste plat et prévisible. On regarde surtout pour suivre les personnages que l’on apprécie. Pour ne pas faire de spoiler, je ne parlerai pas de la fin décevante qui après avoir proposé un vrai parti pris, se saborde pour ne pas vexer ou attrister le spectateur. Bien dommage.

En somme, « The defenders » est un très bon divertissement et un plaisir pour les fans des quatre opus précédents. La série n’apporte malheureusement pas vraiment de nouveauté et nos personnages n’évoluent pas suffisamment pour laisser une marque.

6/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :